Zoom sur les tapis nomades Ghashghai


Tente Ghashghai typique

À l’image de l’Iran qui est une mosaïque de cultures, le tapis persan se décline en différentes couleurs, designs et motifs selon sa région d’origine. Notre fondatrice Tanin a profité de sa visite dans la région de Chiraz, dans le Sud de l'Iran, pour vous faire découvrir deux tapis persans typiques aux couleurs éclatantes, le tapis Gabbeh et le tapis Ghashghai.



Le tapis Gabbeh





Campement Ghashghai dans le Sud-Ouest de l'Iran

Le tapis Gabbeh dont le nom signifie « brut, naturel, entier » mais aussi « rare » en farsi, est un tapis qui se caractérise par des motifs bruts et primitifs. Cette caractéristique provient de l’origine même du tapis Gabbeh : ce dernier est traditionnellement noué par les nomades Ghashghai de la province du Fars, dans le Sud-Ouest de l'Iran. Ces derniers passent l’été dans les monts Zagros et l’hiver dans le golfe Persique. Leurs grands troupeaux de chèvres et de moutons nécessitent de vastes étendues abondantes en nourriture. Les Ghashghai utilisent la laine de leur bétail pour la production de leurs tapis qui font partie intégrante de leur quotidien : des tapisseries couvrant les murs aux revêtements pour le sol des tentes.


Fabriqués en laine filée à la main, pour le velours comme pour la chaîne, les couleurs éblouissantes du Gabbeh sont obtenues grâce à des teintures naturelles à base de plantes mais il arrive que les tisserands aient recours à des teintures minérales. Ces tapis ont la particularité d’être plus épais que les autres tapis persans, pouvant atteindre jusqu'à 2,5 cm d'épaisseur, ce qui fait d’eux des tapis particulièrement résistants.


Le motif du tapis est minimaliste, avec seulement quelques insertions d'objets décoratifs de forme rectangulaire pour la plupart et des représentations d’animaux géométriques. Sous l’influence de la demande occidentale, les décorations se veulent plus éparses.




Le tapis Ghashghai




Les Ghashghai sont aussi à l’origine du tapis qui porte leur nom : le tapis Ghashghai. Ce dernier se distingue des autres par sa couleur typique entre le rouge et le brun et ses motifs foisonnants.


Une autre caractéristique de ce tapis réside dans son processus de fabrication, en effet, il est noué à l’aide de métiers à tisser horizontaux. Une fois qu’une partie du tapis a été nouée, les tisserands s’assoient dessus pour effectuer les finitions.


Comme pour le Gabbeh, les tapis Ghashghai sont décorés de représentations d’animaux, de fleurs ou d’arbres, et plus rarement, des formes humaines. En plus de ces motifs, il arrive d’en retrouver d’autres inspirés d’éléments historiques comme par exemple des fresques et des colonnes de Persépolis.


Habituellement, les motifs sont noués sur un modèle basique d’hexagone ou de médaillon en forme de diamant. Mais on retrouve souvent des médaillons ronds centraux comme le motif “Hebatlu”.


De la laine de mouton au poil de chèvre en passant par le crin de cheval, les nomades Ghashghai utilisent des matières exclusivement naturelles et il en est de même pour les teintures traditionnellement végétales, leur donnant cette couleur éclatante.



Alors que les nomades Ghashghai se raréfient, l’influence commerciale de leurs tapis connaît un véritable âge d’or. Ces tapis harmonieux à la fois robustes et versatiles sont d’une qualité inégalable que les fabricants étrangers, aussi nombreux soient-ils, peinent à atteindre.







Si vous êtes intéressé par l’un de ces tapis, n’hésitez pas à nous envoyer un mail à cette adresse afin d'effectuer une pré-commande. Vous n’avez qu’à nous décrire le tapis idéal (dimensions, couleurs, motifs…) et nous nous chargeons de le rechercher directement sur place chez des tisserands traditionnels.



37 vues0 commentaire