La grenade dans l'art iranien


Les grenades sont issues du grenadier

Son rouge incarnat, sa forme arrondie et sensuelle renfermant des graines pourpres semblables à des rubis aux pouvoirs médicinaux, nul doute que la grenade fascine depuis des millénaires. Ce fruit issu du grenadier et de ses fleurs d’un rouge éclatant, inspire la culture persane depuis ses balbutiements. Symbole de santé et de jouvence de part ses propriétés bienfaisantes et sa couleur sanguine, la grenade incarne aussi la sensualité, la fécondité et la féminité. Par sa capacité à jaillir d’une terre aride et de donner des fruits au jus abondant et riche, les peuples d’Asie occidentale et centrale assimilent le grenadier à un véritable arbre de vie et la grenade, par ses infinies graines, à une allégorie de la fertilité.


Grenade mûre

Le grenadier demeure d’ailleurs l’un des premiers arbres à être cultivé dans toute l’histoire de l’humanité, et la consommation de grenades et son empreinte culturelle sont répandues partout où on la trouve. Au-delà de la civilisation Perse, la grenade inspire la mythologie grecque mais sa symbolique est aussi présente dans le Coran où on l’appelle “fruit du paradis” et dans la Bible. Plus encore, des fouilles archéologiques révèlent l’existence de grenades dans le tombeau d’un haut représentant égyptien sous le règne de Ramsès IV soit entre 1153-1147 av. J.-C, les grenades étant offertes en tant qu’offrandes funéraires au défunt. La grenade et sa connotation symbolique s’étend même au-delà de ses régions d’origine lorsque les Romains la ramènent en Occident après la conquête de la Phénicie en 64 av. J.-C. La grenade est fascinante par le simple fait qu’elle a inspiré de nombreuses cultures différentes pourtant géographiquement éloignées et ce autour des mêmes symboles : l’amour, la fertilité et la vie.


Grenade ouverte

L’engouement culturel pour la grenade s’explique non seulement par son aspect mais aussi pour ses propriétés médicinales. Dans le zoroastrisme, la consommation de grenade est déjà reconnue pour protéger des “impuretés” et grâce à ses propriétés antioxydantes que la médecine moderne a su démontrer aujourd'hui, on la consommait déjà pour se prémunir du vieillissement.








Cadre culturel assyrien

Dans la civilisation persane primitive, la grenade de par sa couleur rouge était comparée au soleil. Toujours dans le registre de la fertilité, Anahita, déesse de l’eau, des rivières, des cultures mais aussi de la conception, vénérée en particulier durant l’ère Achéménide, est représentée ornée d’une feuille de grenadier sur la poitrine.



Le prince Siyâvash et la princesse Sudabeh

Pour les poètes persans, la grenade est une non seulement une allégorie de l’amour mais elle permet aussi d’imager le visage de la femme ainsi que son corps dans la poésie galante. Voici un extrait d’un poème de Ferdowsi, poète persan du Xème siècle, qui décrit sa bien-aimée : « [...] ses joues sont comme la fleur du grenadier, ses lèvres comme le sirop de grenades, de sa poitrine d’argent poussent deux grenades. »


Motif de tapis persan représentant des grenades

La grenade a aussi son importance dans l’art du tapis persan tant au niveau technique qu’esthétique. Son jus et sa peau permettent de tendre la laine et ses graines cuites servent à obtenir des tons jaunes ou bleu foncé selon les associations chimiques.

La grenade et le grenadier sont des représentations récurrentes sur les tapis persans dont les rameaux et les fruits illustrent l’opulence et la créativité.


Dans la céramique et la vaisselle, la grenade revient de manière récurrente car sa forme ressemble à celle d'un vase et sa couleur rouge créé d'intéressants contrastes. Chez Paris-Perse, nous proposons des grenades en céramique glaçurée ainsi que des vaisselles faisant honneur à ce fruit si fascinant.






56 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

©2019 by Paris Perse